Refonte de Siseri : des données plus complètes et plus fiables

Le Système d’information de la surveillance de l’exposition aux rayonnements ionisants (Siseri) fait peau neuve. Depuis 2023, les utilisateurs bénéficient d’un outil plus ergonomique et plus puissant dans la mise à disposition des données. De quoi optimiser le suivi dosimétrique des travailleurs.

Chaque année, le Système d’information de la surveillance de l’exposition aux rayonnements ionisants enregistre environ 3 millions de doses (hors celles opérationnelles). Le nouveau Siseri optimisera le suivi des travailleurs. - © Noak/Le bar Floréal/Médiathèque IRSN

TÉMOIGNAGE - Xavier Nicolas : "Le but : un outil ergonomique"

Xavier Nicolas, responsable radioprotection chez Assystem, société d’ingénierie nucléaire. Lors de la conception du nouveau Siseri, il intervient comme l’ambassadeur pour le domaine du nucléaire. - © coll privée

« Nos clients appartiennent en majorité au secteur énergétique français. Nous les accompagnons dans les bureaux d’études pour la conception des installations et sur site pour organiser des travaux ou le suivi.
900 collaborateurs sont habilités à travailler sous rayonnements ionisants. Je les suis, avec mon équipe. En 2020, l’IRSN et la direction générale du travail (DGT), pilotes de la refonte de Siseri, créent un groupe de travail pour recenser les attentes des utilisateurs. Nucléaire, médical, intérim, organismes compétents en radioprotection, quatre ambassadeurs conseillers en radioprotection (CRP) sont désignés par domaine d’activité. Jusqu’à fin 2022, avec la DGT et l’IRSN, nous définissons les éléments du nouvel outil, menu, affichages, statistiques... en méthode agile utilisant des interfaces développées rapidement. Le résultat est bien plus qu’une base de données de stockage.
Jusqu’ici, Siseri ne pouvait pas comparer les données, ni situer une entreprise dans son secteur ou par type de métiers. 

Intelligence de la donnée
Dans la nouvelle version, un module statistique lit la base de données. Il restitue des médianes et des moyennes selon les filtres choisis.
Tout CRP peut s’interroger sur l’exposition des travailleurs qu’il suit : « Les échafaudeurs de mon entreprise sont exposés en moyenne à 5-6 mSv, est-ce beaucoup ou non ? » L’outil affiche la moyenne et la médiane de la dosimétrie de tous les échafaudeurs en France. Des indicateurs graphiques aident à repérer un problème : « J’ai un employé très au-dessus de la médiane. Pourquoi ? » Il peut engager des mesures correctives.
Le nouveau Siseri facilitera le suivi de la dosimétrie de beaucoup de petites entreprises. »


INFOGRAPHIE - Quelles améliorations pour les utilisateurs de Siseri ?

Le nouveau Système d’information de la surveillance de l’exposition aux rayonnements ionisants (Siseri) sera disponible courant mai 2023. Synthèse des principaux changements pour les employeurs, conseillers en radioprotection (CRP), médecins du travail (MDT) et laboratoires accrédités.

© Art Presse/ABG Communication/Médiathèque IRSN/Magazine Repères

La réglementation évolue

Dans cette unité de recherche à Caen (Calvados), les travailleurs sont exposés au risque radiologique. - © Sophie Brändström/Signatures/Médiathèque IRSN

Dans la précédente version de Siseri, la dosimétrie de tous les travailleurs exposés a été centralisée. Leur suivi était décorrélé de leur classement : catégories A, B, etc. Depuis 2018*, le législateur incite employeurs et organismes accrédités à ne conserver dans le système que les travailleurs A ou B ayant un suivi dosimétrique individuel. Le label travailleur non classé sera à terme supprimé. L’IRSN accompagnera les employeurs pendant la transition, pour fiabiliser l’information sur le classement. 
* Décret n° 2018-437 du 4 juin 2018

Protection des données

L’IRSN est engagé dans une démarche de protection des données à caractère personnel qu’il traite. Les résultats du suivi dosimétrique des travailleurs, comme les données permettant leur identification, sont des données sensibles, voire pour certaines médicales. Pour les protéger, l’accès des utilisateurs à Siseri requiert une procédure d’authentification forte : couple identifiant et mot de passe, à l’aide d’un code à usage unique.

Ressources

Refonte de Siseri, qu’est-ce qui change ? www.irsn.fr/siseri-2023 
Pour les médecins du travail www.irsn.fr/siseri-refonte 
Pour les conseillers en radioprotection www.irsn.fr/siseri-crp 
La synthèse 2021 : Bilan de la surveillance des expositions professionnelles aux rayonnements ionisants https://expro.irsn.fr/synthese 
Repères 51 : La refonte du système Siseri se base sur les attentes des utilisateurs www.irsn.fr/R51
Le site Siseri : https://docs.siseri.irsn.fr

Siseri en chiffres

Résultats annuels d’environ 390 000 travailleurs pour 30 000 employeurs 
De 1957 à 2022 : 1,6 million de travailleurs au total 
Le nombre d’utilisateurs depuis 2005 : 13 000 CRP et 6 000 MDT 

Contact

Bureau d’analyse et de suivi des expositions professionnelles (Basep)
01 58 35 84 04
Accueil Siseri https://siseri.irsn.fr


AVIS D'EXPERT - Hervé Roy : "Accompagner les employeurs"

Hervé Roy, Chef de projet refonte du Siseri - © Célia Goumard Médiathèque IRSN

« Le projet de refonte Siseri est mené de concert avec des ambassadeurs pour chacun des profils utilisateur : employeur, conseiller en radioprotection, médecins du travail...
Plus ergonomique, le nouveau système sera mieux pris en main par les utilisateurs. À la clé, des données plus complètes et une plus grande efficacité dans leur traitement. Les équipes en charge du Siseri auront plus de temps pour des analyses, pour repérer des incohérences, voire conduire des actions proactives auprès des employeurs ayant un compte et mieux les accompagner. Nous pourrons par exemple leur indiquer comment effectuer une tâche dans l’outil, telle la mise à jour de la liste des travailleurs exposés ou le renseignement des données de contexte de l’exposition : métier, activité, statut d’emploi...
L’objectif est que le bilan de l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants, publié par l’Institut chaque année, soit enrichi des données renseignées par les employeurs. Une mise à jour des données de référence – secteurs d’activités et métiers – aidera à réaliser des analyses plus précises.
Auparavant, la nomenclature métier mentionnait par exemple « médecin », quelle que soit sa spécialité. Maintenant, il est possible de préciser cardiologue, radiologue... ce qui valorise mieux les données. »

CONTACT 
Hervé Roy
hervé.roy@irsn.fr


Article publié en mai 2023