Faits et perspectives

Corrosion, contamination… À partir d’un événement, la rubrique informe sur un risque, son mode de gestion et les avancées obtenues. Elle met en perspective les interventions des experts. Une infographie apporte un éclairage pédagogique.

R53_FP_image_Golfech_cuve_photo p6_haut_gauche.JPG

Incident à Golfech, une analyse approfondie

Que s’est-il passé lors de l’incident survenu à la centrale nucléaire de Golfech le 8 octobre 2019 ? L’Institut réalise une expertise technique et une analyse des facteurs organisationnels et humains. Ce travail conduit à des recommandations et des engagements de la part de l’exploitant : analyses, contrôles, surveillance...

Vingt-cinq ans après l’accident de Tokaï-Mura, où en est-on ?

Soudain et redoutable, un accident de criticité peut survenir lors de manipulations de matières fissiles dans une installation nucléaire. Le dernier a eu lieu en 1999 à Tokaï-Mura, au Japon. Ce risque doit être maîtrisé. La recherche progresse malgré la fermeture des installations expérimentales en France. Des essais sont menés aux États-Unis pour améliorer sa prévention et optimiser la dosimétrie

Tampon d’accès matériel : comment se comportent les joints en cas d’accident grave ?

Les joints du tampon d’accès matériel (Tam) aident à maintenir l’étanchéité de l’enceinte d’un réacteur. Cette étanchéité est essentielle pour limiter les rejets radioactifs. Grâce aux essais et aux simulations, les experts formulent des recommandations. L’exploitant s’engage à compléter sa démonstration de sûreté.

Centrales : explorer l’histoire des tempêtes pour renforcer la protection des sites

Pour les centrales implantées sur le littoral, la connaissance des phénomènes météorologiques extrêmes est une composante majeure de la gestion des risques. Des scientifiques mènent des recherches sur les données historiques afin d’affiner la prévision des aléas naturels. Des travaux pris en compte lors des récentes visites décennales des réacteurs de 900 MWe.

Mieux protéger les installations nucléaires après Fukushima

Risques extrêmes. À la suite de la catastrophe de Fukushima, une réévaluation de la résistance des installations nucléaires françaises aux événements naturels extrêmes a été réalisée. Forces d’intervention rapide, centres de crise, noyau dur… Retour sur des évolutions mises en place.

La centrale du Blayais avec sa digue principale en front de la Gironde, exposée plein ouest.

Blayais : après la tempête, une meilleure protection

Sûreté des installations. Après l’inondation de la centrale du Blayais lors de la tempête de 1999, l’IRSN s’est impliqué dans la réévaluation des risques inondations. La protection des installations a été améliorée. Systèmes d’alerte, structures, équipements et procédures ont été renforcés.